← 20 ans 


 

Quel bonheur d’avoir 20 ans !

 

Quel bonheur de pouvoir les fêter !

 

Quel bonheur de pouvoir assister à la fête !

 

Avoir 20 ans c’est avoir une éternité à vivre encore !

 

 

Eh oui Chers amis « RAVERISTES » notre affiche fête ses 20 ans !

 

Depuis que je suis membre du club, j’entends régulièrement qu’il faut la faire évoluer, la faire coller avec « l’air du temps », que « ces tacots sont dépassés » et j’en passe !

 

C’est une réponse de Daniel Le Président du Club concernant l’évolution de l’affiche qui m’a inspirée. Alors sans prendre parti, j’ai décidé de faire les recherches et de vous faire partager l’histoire de notre affiche qui est aujourd’hui le « VISUEL RAVERA ».

 

Je rencontre donc Daniel afin qu’il me fasse part de sa démarche originelle (il me confie un CD qui contient l’image de la première affiche que vous retrouvez en haut).

 

Après que le club eu disposé du budget nécessaire (voir ci-dessous), Daniel part en quête d’un illustrateur auprès des instances et de ses connaissances dans le monde de l’ancienne.

 

Ses démarches aboutissent avec « DELIUS » 


Cette carte date de 2001,si l’adresse est la même, le portable est désormais 07 69 60 19 30

 

La demande est la suivante :

 

« Créer une affiche qui symbolise Arras, des véhicules anciens, une moto et la famille, mais aussi que cette affiche soit hors d’âge afin qu’elle puisse être utilisée plusieurs années.»

 

Mais qui est « DELIUS » ?

 

Un dessinateur Français hors du commun, installé à St Quentin, d’obédience « Ligne Claire » illustrateur pour la presse, l’édition, féru d’architecture « steamline ».

 

La « Ligne claire » héritée de l’école Hergé, avec un trait reconnaissable, lui a valu de commencer dès l’âge de 16 ans dans des magazines pour la jeunesse, tels que Triolo ou Fripounet et Marisette. Avec de nombreuses collaborations pour Bayard (I love English, Enfant magazine) le groupe Express Expansion (l’Entreprise), Hachette Filipacchi, Disney Hachette Presse, France Culture, Le Cherche-Midi Éditeur ou encore le magazine Senso où il s’initie à l’art délicat du portrait.

 

Il fait sa première apparition en librairie avec l’album collectif Fétiches pour le Groupement graphique d’expression française (GGEF), hommage à L’oreille cassée et préfacé par Philippe Goddin alors secrétaire général de la fondation Hergé. Son style élégant et intemporel se distingue par sa grande lisibilité, tant graphique que narrative et puise son inspiration à la source de la ligne claire d’Hergé et de Jacobs.

 

On trouve aussi dans les coups de crayons de Delius, de l’Art Déco, rappelant le passé de Saint Quentin, capitale de cette architecture. Son trait séduisant lui vaut d’être régulièrement sollicité par la communication au profit d’ouvrages variés de sensibilisation pédagogique pour de grandes marques comme les 3 Suisses, Bayer Schering, Hilton international, l’Unesco avec l’amicale complicité de Rodolphe, un ami scénariste avec qui il collabore au quotidien.

 

https://www.aisnenouvelle.fr/art/region/saint-quentin-delius-dessinateur-le-reel-ne-m-a-ia16b108n235446

https://www.picardiegazette.fr/2016/09/delius-un-dessinateur-hors-du-commun/

https://www.pinterest.fr/archyves/artiste-delius/

https://louisjouvet.fr/2016/03/14/dessins/

 

 

La ligne claire :

 

L’expression ligne claire (dont le nom fut inventé par Joost Swarte), est apparue pour la première fois aux Pays-Bas en 1977, lors de l’exposition Tintin à Rotterdam.

 

Liée indissociablement au « style hergéen », ce qu’on appelle ligne claire correspond à un graphisme sobre, dont le souci premier est la netteté. Il s’agit, en systématisant le contour des objets, des personnages et des décors d’un trait à l’encre de même épaisseur, d’arriver à la plus grande clarté possible : réalisme des décors, unité esthétique des plans, simplicité des couleurs (dont le rôle est essentiellement identificateur), absence d’ombres et de hachures…  

 

Mais, selon Hergé lui-même, la ligne claire, ce n’est pas seulement le dessin mais aussi le scénario, avec la possibilité de rendre compréhensible pour les enfants un récit parfois complexe.

 

https://tintinomania.com/tintin-la-ligne-claire

 

Après quelques recherches sur le net, j’ai retrouvé les coordonnées de Delius.

 

Il répond à mon mail et me confirme qu’il se souvient bien de cette création :

 

« J’ai bien le souvenir de cette création qui aura permis le mariage efficient de la Ligne Claire et de l’automobile, dans son acceptation native, en des temps où elle n’était pas réduite à une fonction purement utilitaire et fonctionnelle et pouvait encore faire rêver et se concevoir comme une œuvre d’art »

 

Il termine sa réponse par :

 

« mais votre site me donne une envie folle de dessiner des voitures ! »

 

http://delius-dessinateur.blogspot.fr

 

Et comme l’a écrit Daniel,

 

 « Cette affiche reste non marquée par son âge, et peut être diffusée encore des années, elle est connue et reconnue hors des limites de l’Artois ! »

 

Voilà, chers amis RAVERISTES, notre affiche, devenue notre visuel au fil des années, est à considérer comme une œuvre d’art, hors du temps qui comme les albums de bandes dessinés d’il y a 20 ans sont devenus « collector ».

 

Gilles WAVELET

 

 

Quant à son évolution…rien n’étant jamais figé, c’est une autre histoire !

 

 


Annonce de la création dans le bulletin de mai 2001